Programme Ambassadeurs à la découverte de la nouvelle LEAF

Les 10 et 11 février 2018, la marque Nissan a invité plusieurs dizaines de ses clients du programme "ambassadeurs" à découvrir sa nouveauté (électrique): la dernière Nissan Leaf (40kWh). 

 

Pourquoi ai-je mis "électrique" entre parenthèses? Parce que c'est une intention clairement affichée de la marque de présenter son modèle comme sa nouvelle berline du segment C, plus habitable, plus confortable, plus puissante, bardée de technologies d'assistance à la conduite (pro pilot, pro pilot park, e-pedal), une automobile passion et accessoirement... électrique. 

 

Dans la publicité de la nouvelle Nissan Leaf diffusée sur M6, on le voit bien:  ce n'est qu'à la toute fin que la Leaf passe devant une pompe à essence sans s'arrêter et que le "100% électrique" apparait discrètement à l'écran.


Après quelques heures de route, nous arrivons, Julien, Morane, Cédric, Billy et moi sur le parking de l'Hotel BEACHCOMBER à BIOT, près d'Antibes. 

 

Un convoi de nouvelles Leaf arrive, ainsi qu'une Hyundai Ioniq et une Toyota Prius qui ne semblent pas là par hasard.

 

Il fait beau, l'endroit est paradisiaque. Ce n'est pas Ténérife, mais nous avons l'impression d'être traités en clients VIP. 

D'autant que nous bénéficierons ce week-end là des mêmes prestations que les journalistes et les forces de vente de la marque.

 

L'équipe Nissan est aux petits soins, les essais sont dispensés par des instructeurs professionnels, tout est parfaitement organisé et, cerise sur le gâteau, le LEAF FRANCE CAFE est aux premières loges! 


 Nous sommes identifiés par des groupes de couleurs. Le LFC a sa pastille bleue, groupe noir.

 

Nous apprenons que nous aurons même une table spéciale pour le repas du soir. 

 

Par ailleurs nous pourrons poser nos questions directement à Thomas Chrétien, le directeur marketing EV,  lors d'une conférence diffusée  en Live sur la page facebook de Nissan Electric. 

 

Et je ne parle même pas des petits cadeaux laissés à notre intention dans les chambres. 



Après le repas, nous commençons par une réunion avec des chiffres très intéressants:

- 94% de satisfaction clients

-2080 ambassadeurs

- 860 ventes

Si on ramène cela aux 12.000 Leaf vendues en France, cela représente un taux de recommandation exceptionnel.

Les clients électriques aiment leur Leaf et le font savoir. 

A l'évocation de ces chiffres par Vincent LALLIER, Richard et moi  sommes projetés dans ces souvenirs du 18 octobre 2014 où nous avions participé à la création du programme ambassadeur avec Nissan et les membres fondateurs du Club.


Après avoir réaffirmé le leadership de Nissan sur le marché, avec plus de 300.000 véhicules vendus , Thomas Chrétien souligne les performances des ventes avec plus de 1.000 nouvelles Leaf déjà vendues en France depuis sa sortie,  et plus de 10.000 dans le monde soit une toutes les 12 minutes et autant que la première Leaf les deux premières années de sa commercialisation.

 

Notons que le e-nv 200 en version 40kWh trônait fièrement dans une robe bleue nuit que nous n'avons jamais vue sous nos contrées. 

Tandis qu'un X-Storage habillait un des murs de la salle, rappelant le discours selon lequel le Nissan Intelligent Mobility  représente tout un écosytème qui intégre le véhicule électrique mais aussi le stockage des énergies renouvelable ainsi que les V2H/V2G (véhicule to home/véhicule to grid) 



Après cette assemblée plénière d'ouverture pour préciser la vision de Nissan, place aux essais dynamiques!

 

Une armée de formateurs nous attend, et j'embarque avec Nicolas et Billy à bord de la voiture de Ludovic qui va nous former au système "pro-pilot".

 

Ma première impression est olfactive, ça sent le cuir neuf. Nous sommes dans une Tekna. 

La voiture semble plus cossue, la planche de bord plus massive et rassurante.  

La qualité perçue est meilleure que dans la 2.zéro japonaise dans laquelle j'ai eu l'occasion de monter à Marseille à la présentation LFC ou en passager durant le France électrique Tour 2017. 


Le silence est encore plus frappant que dans la précédente version. 

 

L'insonorisation a progressé. Les formateurs du lendemain nous détaillerons comment ces résultats ont été obtenus. Aérodynamique, forme des rétroviseurs, matériaux isolants employés dans les passages de roues, sous le capot, et acoustique du pare-brise...etc. 

 

Les chiffres de la consommation m'affolent quand je jette un œil au tableau de bord. 

Mais les conditions d'essais l'expliquent grandement. Montées, autoroute, froid, et des conducteurs qui ont hâte de vérifier les performances du nouveau moteur de 150 chevaux et 320 nm de couple! 



Après une démo très complète du formateur, notre convoi se réunit sur un parking pour que les clients prennent le volant. 

 

Le siège me parait un peu haut comme sur ma leaf 24 d'après 2013, le volant ne se règle toujours pas en profondeur, mais je me sens bien dans le siège et surtout je ne tape pas la console centrale avec le genou droit comme je le craignais. 

 

La direction est plus précise, le volant un peu sport, "la voiture semble encore mieux posée sur la route. 

Le convoi repart en simulant un embouteillage...

J'actionne le propilot, set -, res +, 31kmh s'affichent, le petit volant gris devient vert et la voiture de devant (une Audi?!)  verte.

La voiture qui me précède avance et du coup la mienne avance toute seule mais surtout... ELLE S’ARRÊTE TOUTE SEULE! quand celle devant s'arrête. Et ça, c'est vraiment déroutant. 



Notre voiture n'est pas équipée du propilot park. 

Par habitude, j'active le mode ECO en appuyant sur le bouton vert qui est sur la console (sinon il s'y trouve le P))) du ProPilot PARK et le ECO se trouve à gauche du volant sur le tableau de bord. 

 

Je déclenche l'antipatinage en démarrant fort pour ne pas perdre le convoi. Comme quoi, ça marche même en ECO. 

 

Je prends l'autoroute. Je perds mes repères avec l'aiguille de la vitesse à la place du compteur numérique. Il faudra faire plus attention car la puissance accrue et l'insonorisation progressant, on se rend encore moins compte de la vitesse.

 

Le pro pilot est épatant. Je ne connaissais déjà pas le simple régulateur adaptatif. C'est hyper doux. Le maintien des distances sur le symbole "3 traits" me va très bien. Les 2 secondes seront toujours respectées avec ce système. 

Et le maintien dans la voie incitera le conducteur à mettre son clignotant sans quoi je sens très bien le volant qui veut m'empêcher de franchir la ligne, vibre, grogne presque avec la ligne verte qui devient jaune. 

Le régulateur intelligent et le maintien dans la voie pouvant parfaitement être utilisés séparément. 

 

Si je clignote pour dépasser, charge à moi de contrôler dans mes rétroviseurs et mes angles morts (un témoin orange clignote dans le rétro), la voiture accélère très (trop?) progressivement.



Le formateur ira même jusqu'à me faire lâcher complètement le volant.

La voiture prend la courbe de notre voie autoroutière. Elle se maintient au centre de sa voie alors que j'ai tendance à me déporter parfois, lorsque je dépasse un poids-lourd notamment.

 

J'ai les mains levées depuis quelques secondes... un signal lumineux apparaît. AVERTISSEMENT! Ça sonne et clignote en rouge. 

Je ne fais rien. Ça clignote plus vite et ça sonne plus fort.

Je persiste. Alors la voiture mets deux ou trois petits coups de frein répétés, assez forts pour réveiller quelqu'un qui s'est assoupi. 

 

Je remets les mains sur le volant. Tout redevient normal. Si jamais le conducteur ne reprend pas la main, la voiture actionne les feux de détresse et s'arrête progressivement dans sa voie.


Après les essais, nous étions 3 par voitures à les tester tour à tour, l'organisation nous offre une pause café avec toutes sortes de gourmandises. 

 

Il fallait bien ça pour nous permettre d'échanger nos impressions.

Personnellement c'est le côté incroyablement humain et intuitif du système qui m'a épaté. 

J'ai davantage eu l'impression de perdre le contrôle de ma voiture la première fois que j'ai utilisé un simple régulateur de vitesse.

 

S'en est suivie une séance de questions-réponses avec Thomas Chrétien lui-même en live sur facebook, rien que ça pour les membres du Leaf France Café, triés sur le volet mais dont certains n'ont pas hésité à poser les questions qui fâchent... prix des voitures, bornes chademo, et la 60?...etc 


Sans rancune, les essais continuent avec Audrey qui nous fait vivre l'expérience de la e-Pedal et du Propilot Park. 

Je pars en mode D normal cette fois. Oh purée, elle part vite cette nouvelle Leaf! 

De toutes façons, quand je vois 122km restants avec 50% malgré le rythme et que je réalise que j'ai plein de ma 24 avec ça, je ne vais plus vraiment regarder la jauge. 

Je me concentre sur la difficulté que j'ai la première fois à m'arrêter sans toucher le frein. 

Une voiture en face mord sur ma voie à 50m, je lève le pied instantanément, habitué à ce que ma voiture continue sur sa lancée.

Au lieu de cela, c'est presque comme si j'avais freiné. Du coup je raccélère immédiatement. 

Au fil des minutes cela devient assez facile, confortable même. J'apprendrai par la suite que régénération ET freins mécaniques se combinent. C'est bluffant mais cette info me chagrine un peu. 


Si la e-pedal et la voiture qui se gare toute seule nous ont épatés, le plus bluffant reste encore le magicien qui est venu distraire les convives lors du repas du soir. 

Morane et Julien, cobayes du prestidigitateur, affichaient une tête! C'était hilarant et incompréhensible comme tout bon spectacle de magie. 

 

Le pro pilot Park, quant à lui, bien que semblant très efficace, ne nous a pas convaincu en tant que moniteurs d'auto-ecole, Billy et moi. 

En effet nous apprenons à nos futurs conducteurs à prévenir avec le clignotant du côté où il se rangent et manoeuvrer dans le même sens.

Or, pour se ranger en bataille arrière la Leaf avance du côté opposé pour se mettre en biais risquant de surprendre ou gêner.


Après une bonne nuit de sommeil et un copieux petit déjeuner, nous avons fini par des formations théoriques sur la connectivité de la voiture, ses aspects sécurité et technologie. 

 

Les formateurs nous ont prodigué les mêmes cours qu'aux vendeurs et ils n'ont pas été surpris qu'on leur pose des "colles". 

Connaissant déjà bien la voiture, les aspects conduite et recharge, nous étions un auditoire parfois dissipé et joyeux, avide de précisions ...euh... qu'il faudra voir avec Thomas... lol. 

 

J'ai constaté la disparition du porte-lunettes de plafonnier, du gros sac de câble dans le coffre au profit de petits filets.

Et j'ai appris que la roue de secours était en option (nous n'en avions pas avant) et possible uniquement à la commande. Sinon l'emplacement sous le chassis est condamné par le fond plat. 



Au final, malgré cette arrivée jamesbondienne de Christophe, la vraie star c'était la Leaf et nous en avons pris plein les yeux. A défaut de partir dans l'Espace avec Tesla, nous serons parti sur la Côte avec Nissan et ça nous a donné à tous l'envie de continuer #simplyamazing

Sébastien GALL

crédit photos Billy TSIKINSAN (pour partie des images)

Écrire commentaire

Commentaires : 0